La Chapelle Saint-Léonard : les fouilles archéologiques

En 1886, la Commission des Antiquités de Seine-et-Oise y effectue des fouilles. Le chantier a été confié à deux archéologues, Adrien de Mortillet et Édouard Fourdrignier. Jusqu’à la Révolution, on a beaucoup inhumé à l’intérieur de l’église : dans la seconde moitié du XVIIe siècle, sur 337 actes de décès, on peut relever 96 inhumations dans la nef et le chœur.
Plusieurs dalles funéraires ont été retrouvées dans les remblais qui ont servis à l’exhaussement du sol en 1730. Parmi les ossements découverts, ceux de la famille Patrocles ont été déposés à la Société d’anthropologie de Paris.


L’édifice a été vendu quelques années plus tard à un célèbre peintre panoramiste parisien, Théophile Poilpot. Celui-ci y effectue à son tour des fouilles privées pendant l’été 1898 avec l’aide de l’architecte Jean-Camille Formigé. De nouvelles dalles funéraires sont découvertes.

Les fouilles archéologiques de Théophile Poilpot,
La Revue illustrée n°17, 15 août 1898
_______
Sources :
Archives municipales de Croissy : Fouilles archéologiques dans l’ancienne église 1 M 8 ; Vente de l’ancienne église 1 M 6.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire