La Chapelle Saint-Léonard : au XVIIIe siècle

Dans les années 1730, le sol de la nef, du chœur et des deux chapelles latérales a été surélevé d’environ 70 cm. Certaines dalles funéraires du siècle précédent ont été réemployées à l’envers pour servir de nouveau pavage. La chapelle latérale droite (chapelle seigneuriale) est agrandie, une large baie y est percée, elle porte la date "1730" gravée sur l’encadrement en pierre. 

L’église, détail du terrier (1781).
On distingue à sa gauche le cimetière
et à sa droite le presbytère

Dans les années 1740, l’abbé Jean Lebeuf visite l’église lors de ses recherches sur l’histoire du diocèse de Paris. Il décrit ainsi l’édifice : « Le bâtiment de l’église que l’on voit aujourd’hui est le même qui avait été construit lors du nouvel établissement des chanoines de Noblat, et il y a encore une partie des vitrages de ce temps-là. […] Les deux statues qu’on voit au fond de chaque côté paraissent d’un goût de sculpture de 400 ans ou approchant malgré la peinture dont on les a rafraîchies. Du côté du nord est celle de saint Léonard vêtu d’une dalmatique ou tunique dont les orfrois sont ornés de figures en forme d’entraves et de chaînes. L’autre statue en face représente saint Louis ». Il relève aussi « la multitude des tableaux votifs à saint Léonard », preuve que « la dévotion envers ce saint fut grande » (Histoire du diocèse de Paris, T IV, Prault, Paris, 1758).

Les destructions révolutionnaires ordonnées par la municipalité en septembre 1792 n’ont affecté que les armes et blasons des familles seigneuriales sur le tympan du portail, sur la chaire et sur la grille qui séparait le chœur de la nef.

_______
Sources :
Archives municipales de Croissy : Registre des délibérations du conseil municipal 1787-An II ; Terrier de la seigneurie de Croissy 3 S 1.
Archives départementales des Yvelines : Acte d’assemblée des habitants de Croissy validant les travaux à effectuer dans l’église G 628.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire