Les commerces : le 32 rue Péron

Faisant face au boulevard Hostachy, à l’angle de la rue du saut-de-loup et de la rue Péron, cet immeuble de rapport a été édifié en 1883. Son propriétaire fit aménager deux locaux commerciaux au rez-de-chaussée, flanqués chacun d’une belle "devanture parisienne".
Dans la boutique située à l’angle de la rue Péron, c’est d’abord un commerçant originaire du Poitou, Clément Colin, qui y établit une épicerie. Il quitte Croissy en 1899. Le magasin est repris par un jeune artisan tapissier de Chatou, Léon Méchin. Fraichement installé à Croissy, Léon ouvre son premier atelier. Tapis, sièges, fauteuils, tentures, stores, sommiers et matelas, le commerce bénéficie d’un emplacement de choix, au carrefour d’une des entrées de la principale artère de la ville. Il est d’abord secondé par un apprenti puis par son fils, Marcel, qui se spécialise dans la menuiserie, complétant ainsi l’offre de la Maison Méchin père & fils : « Tapisserie, ameublement et ébénisterie ».


Léon Méchin et sa famille, vers 1910

Léon Méchin, après quatre années passées sur le front en 1914-1918, décède en 1924 d'une maladie pulmonaire contractée pendant la guerre. Son fils Marcel, lui succède et continue l’affaire familiale pendant plus de 30 ans.


Facture à en-tête, 1932
Le boulevard et la rue Péron,
années 1950

Après sa mort en 1959, la boutique-atelier reste inoccupée durant plusieurs années. Un cabinet de kinésithérapeute s’y installe au tout début des années 1970.
Il faut attendre 1973 pour voir le local commercial être complètement réaménagé, modernisé et débarrassé de sa devanture 1900. Les Croissillonnes découvrent alors une parfumerie flambant neuve : la Parfumerie Carel. On y trouve aussi des bijoux et des cadeaux. Un petit espace est réservé aux soins du corps, ongles, épilation et manucure.


Publicité, 1977
Publicité, 1979

A partir de 1978, changement de dénomination : c’est la Parfumerie Monica.
Le fonds de commerce est repris en 1989 par les anciens propriétaires du salon de coiffure du n°24 sur le boulevard. Le magasin change encore de devanture et d’enseigne et prend le nom de Parfumerie Sillage. On peut désormais y prendre des couleurs grâce à l’installation d’une cabine à UV.

Publicité, 2001
Aujourd'hui

Enfin, en mars 2005, Sillage cède la place au point de vente franchisé  Beauty Success. Le local commercial double alors sa superficie en annexant l’ancien marchand de journaux mitoyen.

________
Sources :
Archives municipales, registre des patentes, 2 F 4,
Archives municipales, recensements de population, 1 F 1-2,
Archives municipales, registre des inscriptions au registre du commerce, 2 F 1-2,
Archives municipales, listes électorales, 1 K 2,
Archives municipales, factures à en-tête de commerces croissillons, 2 F 3,
Archives municipales, registre des perceptions des droits de voirie, 2 L 196,
Archives municipales, autorisations d’urbanisme, 3 T,
Archives municipales, magazines et guides pratiques, 1 Per,
Archives municipales, fonds iconographique, 4 Fi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire