Dalle funéraire de Marguerite de Patrocles, 1646

Chapelle Saint-Léonard (ancienne église).
Dalle funéraire de Françoise de Patrocles, 1646.
Restaurée en 2013.

Cette petite dalle se trouvait primitivement sur le sol de la nef, côté chœur, vis-à-vis du maître autel. Elle a été retournée lors de l’exhaussement du sol en 1730. Découverte lors des fouilles archéologiques de 1886, elle a été scellée sur le mur de la nef. Descellée lors des travaux de 1978, elle a été entreposée pendant 35 ans à l'abri des regards avant d'être restaurée en 2013 par l’atelier Donné-Donati de Malakoff et scellée à nouveau sur le mur gauche du chœur.
Hauteur : 85 cm, largeur : 4 cm, épaisseur : 4,5 cm.
Pierre calcaire gravée.


Inscription :
… ARGUERITE DE … REND… …FEVRIER MDCXLVI E…


A gauche : avant restauration, à droite : après restauration (2013)

Iconographie :
Portrait en pied d’un nourrisson emmailloté de langes et reposant sur un coussin dans un berceau.
La tête du nourrisson est encadrée de part et d’autre de deux têtes ailées d’enfants (anges). En bas de la dalle, les armes de la famille de Patrocles sont gravées dans un écu losangé (fille) chevronné à trois merises, deux en chef et une en pointe.


(détail)

Éléments biographiques :
Marguerite est le premier enfant du chevalier de Patrocles et de Louise Angélique d’Ansse, mariés en 1643.
Elle est née avant terme le 2 février 1646 à Paris et fut « promptement » baptisée le jour même à l’église Saint-Rémy dans l’enclos de l’hôpital des Quinze-Vingts.
Son parrain est Adrien Duchesne, cocher de la mère.
Sa marraine est Marguerite Gautier, sage femme, dont l’enfant porte le prénom.
La petite fille est décédée le 11 février suivant à l’âge de 9 jours. Elle a été inhumée dans l’église paroissiale de Croissy, comme l’indique l’acte de décès figurant dans le registre paroissial :

"Le dimanche onziesme jour de febvrier mil six cent quarante six est decede Margueritte de Patrocles, fille de Messire François de Patrocles, con.r esc.r ord.re de la Reyne Regente, seigneur de Croissy et de Madame Angelique d’Ansse sa femme, agé de neuf jours et fut apporté de Paris là où elle decedda deux jours après à Croissy où elle fut enterrée le quatorziesme dudit febvrier dans l’église dudit Croissy à la chapelle dudit seigneur de Croissy son père, par moy prieur curé soubsigné. Delannoy."
Archives municipales, 1 E 2, f° 73.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire