Dalle funéraire de François Louis de Patrocles, 1651

Chapelle Saint-Léonard (ancienne église).
Dalle funéraire de François Louis de Patrocles, 1651.
Restaurée en 2013.

Cette dalle se trouvait primitivement sur le sol de la nef, côté chœur, vis-à-vis du maître autel. Elle a été retournée lors de l’exhaussement du sol en 1730. Découverte lors des fouilles archéologiques de 1886, elle a été scellée sur le mur de la nef. Descellée lors des travaux de 1978, elle a été entreposée pendant 35 ans à l'abri des regards avant d'être restaurée en 2013 par l’atelier Donné-Donati de Malakoff et scellée à nouveau sur le mur gauche du chœur.
Hauteur : 153 cm, largeur : 55 cm, épaisseur : 4,5 cm.
Pierre calcaire gravée.


La dalle après restauration (2013)
Iconographie :
Portrait en pied d’un petit garçon à la chevelure longue et bouclée, représenté gisant avec les mains religieusement jointes sur la poitrine.
L’enfant est  vêtu d’une robe en forme de pelisse. Il porte un large col rabattu sous lequel sont nouées deux pointes de dentelles.
La robe se termine aux poignets par de larges manchettes festonnées. Un large baudrier est passé en sautoir sur la robe, il supporte une épée dont en aperçoit de chaque côté la poignée et la bouterolle.
La tête de l’enfant est encadrée de part et d’autre de deux écus cimés d’un heaume empanaché à lambrequins (casque de chevalier) portant les armes de la famille de Patrocles : un écu chevronné à trois merises, deux en chef et une en pointe.

 
(détails)

Éléments biographiques :
François Louis est le deuxième enfant et le premier fils du chevalier de Patrocles et de Louise Angélique d’Ansse. Il est né à Paris le 2 mars 1647 et a été baptisé le 5 mars suivant à l’église Saint-Rémy dans l’enclos de l’hôpital des Quinze-Vingts (à l’époque entre le Louvre et le palais des Tuileries).
Son parrain est un parent du chevalier de Patrocles : François Parisot de Saint Laurent, secrétaire du roi et introducteur des ambassadeurs auprès du duc d’Anjou (petit frère de Louis XIV, futur duc d’Orléans).
Sa marraine est Marie d’Ansse, grand-mère maternelle, femme de chambre de la reine mère Anne d’Autriche, épouse de Michel d’Ansse apothicaire du corps de la reine mère Anne d’Autriche.
L’enfant est décédé le 7 octobre 1651 à l’âge de 5 ans et demi. Son père se trouve alors à Bourges avec la reine mère, la famille royale et la Cour. L’enfant a été inhumé dans l’église paroissiale de Croissy.
Archives municipales, 1 E 2, f° 55


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire