Armand Yvel (1840-1913) : de la poésie dans la finance

Chroniqueur financier vedette de la Belle-Époque, Armand Lévy dit Yvel s’éteignait à Croissy en septembre 1913 dans sa petite villa du 4 berge de la prairie où, pendant trente ans, il avait reçu les personnalités du monde économique, industriel et politique.


Figure médiatique de la haute finance et de la Bourse sous la Troisième République, le journaliste Armand Yvel avait révolutionné le style rédactionnel de la chronique financière… jusque-là austère et rébarbative. Chaque matin, son « Courrier de la Bourse » était lu avec assiduité et plaisir !
A la nouvelle de sa mort, la plupart des grands quotidiens réservèrent un large encart dans leurs colonnes.
"Mêlé depuis près de quarante années au monde de la Bourse, il a donné à la chronique financière un style charmant, tout personnel et qui fut vite très apprécié ; il en avait fait une véritable chronique où se reflétaient sa bonne humeur, son indulgence et sa fantaisie mais où s’affirmait aussi une compétence fondée sur la pratique quotidienne et approfondie des hommes et des choses dont il parlait. Les grands financiers s’entretenaient volontiers avec lui des affaires du « marché » et des ministres prirent plus d’une fois ses utiles avis. Tous savaient qu’on ne perdait pas son temps à l’écouter, parce qu’il avait beaucoup vu, et il amusait parce qu’il avait beaucoup d’esprit.  Peu d’hommes de ce temps auront connu Paris mieux qu’il ne le connaissait ; peu d’hommes auront été plus exacts à ses fêtes, à ses « premières », aux spectacles rares qui s’y sont succédés depuis un demi-siècle. Armand Yvel a été l’ami d’un grand nombre d’artistes et d’écrivains. Il a connu tout le monde et tout le monde le connaissait" (Le Figaro).

Mort à Croissy, Yvel est inhumé à Paris dans le cimetière du Père-Lachaise. Sa petite villa croissillonne de la berge de la prairie existe toujours.
________
Sources :
Archives municipales, matrice cadastrale 1880-1914, 1 G 2,
Archives municipales, registre d’état-civil 1913, 2 E 41,
Archives municipales, fonds photographiques 4 Fi.
L’Aurore, 13 septembre 1913,
Le Figaro, 11, 12, 13, 15 septembre 1913,
Le Gaulois, 12 septembre 1913.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire