L’enseignement à Croissy

Il y a 320 ans exactement, les habitants de Croissy décidaient d’un commun accord de créer une école pour leurs enfants. Retour sur trois siècles d’enseignement dans notre commune.

Dès le début du XVIIe siècle, l’existence d’une école est attestée : un maistre d’escole est mentionné dans les registres paroissiaux à plusieurs reprises. Mais il s’agit sans doute d’initiatives précaires demeurées sans suite car tout au long du siècle, les habitants du village restent sans instruction comme en témoigne le nombre très faible de signatures sur les actes de baptême, mariage et décès.


Philippe Camus, un des premiers maîtres d'école de Croissy au XVIIe siècle.
Constatant que "tous les enfants croupissent dans une ignorance grossière faute de personne capable de les bien instruire", les Croissillons se réunissent en 1688 et décident qu’une rente faite à la communauté soit employée à payer un maître pour "apprendre gratuitement aux garçons à lire, écrire, compter, maîtriser l’arithmétique et connaître quelques rudiments de latin".
La classe est installée au presbytère car, sous l’ancien régime, l’enseignement est toujours affaire d’église. Le curé prend le maître sous sa tutelle, vérifiant que sa pédagogie est satisfaisante, qu’il ne s’absente ni ne découche, qu’il n’est ni négligent, ni paresseux, ni de mauvaise vie… Désormais, une dizaine de maîtres va se succéder jusqu’à la Révolution.


En 1788, les villageois cèdent leurs prés communaux au seigneur Chanorier qui, en contrepartie, fait édifier une petite maison pour servir d’école de garçons (actuel n°38 Grande rue).
Sous la Révolution, l’école passe à la charge de la municipalité mais celle-ci est bien trop pauvre pour payer et loger un enseignant…


Une école fonctionne épisodiquement sous l’Empire dans des locaux loués mais c’est seulement en 1817 que le conseil municipal décide d’allouer une petite somme pour rétribuer un maître et aménager une classe au rez-de-chaussée de la maison que Chanorier avait fait bâtir quelques 30 ans plus tôt et dont l’étage fait alors office de mairie. L’école communale de Croissy est désormais en marche et un certain Jean Ferton en est le tout premier instituteur. 


Les cours sont payants sauf pour une dizaine d’écoliers pauvres dont la liste est dressée chaque année par le bureau de bienfaisance de la commune. On y donne aussi des cours pour les adultes tous les soirs pendant trois mois en hiver. Le nombre des élèves varie alors au gré des saisons car les travaux des champs requis par les familles sont encore largement prioritaires.
Les cours vont être dispensés dans cette petite salle jusqu’en 1852, année où, à la suite d’un legs du marquis d’Aligre, la commune fait construire la Maison de Charité qui abrite l’école communale pour les garçons. Les filles, quant à elles, y ont aussi désormais leur établissement. Il est tenu par les sœurs de la Charité qui y prodiguent également soins et secours aux malades et indigents du village.


Tout va changer dans les années 1880 avec les lois Jules Ferry qui rendent l’école gratuite, laïque et obligatoire.
En 1887, l’école communale de filles est construite dans le parc de la mairie (actuelle école Leclerc), tandis que les garçons restent dans la Maison de Charité jusqu’en 1939, quand la commune achève de transformer le château en groupe scolaire.


L'école primaire de garçons, place d'Aligre, vers 1900.
Une première école maternelle ouvre ses portes sur la place d’Aligre en 1945 avant de s’installer aux côtés du tout nouveau collège dans le groupe scolaire Jean Moulin inauguré en 1960.

Enfin, la poussée démographique liée à l’urbanisation rapide de l’ancienne plaine maraîchère nécessite, dans les années 1980, la construction de nouveaux équipements : le restaurant scolaire Roland Courtel (1981), l’école maternelle Les Cerisiers et les centres de loisirs (1986), l’école primaire Jules Verne (1992), et les nouveaux bâtiments de l’école primaire Leclerc (1986 et 2003).


Article paru dans "Côté Croissy" n°34 - septembre 2008.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire