Mars 845… les Vikings à Croissy

Quatre ans après avoir mis à sac Rouen, les pirates danois sont de retour dans l’estuaire de la Seine. Cette fois-ci, la flotte composée de 120 drakkars transportant 6000 hommes est dirigée par le chef Reginherus (Ragnar Lodbrok).
Vikings dans une embarcation
BNF/Gallica Latin Nal 1390

L’objectif de ce nouveau raid ? L’or et les objets précieux des riches abbayes de la vallée de la Seine mais aussi le « butin humain » : les esclaves (thrall) qui seront ensuite vendus sur les places marchandes scandinaves, méditerranéennes et orientales. En face, aucune résistance. Le royaume est en pleine crise. Les Vikings ont un boulevard devant eux et remontent très rapidement le fleuve vers Paris. Le roi Charles le Chauve, parvenu à réunir sa faible armée, les attend au bord de la Seine à Charlevanne (entre Bougival et Rueil-Malmaison).

Carreaux du pavement de la chapelle Saint-Léonard
(XIIIe siècle)

C’est grâce au récit d’un témoin, le moine Aimoin, scribe de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, que l’on connaît le dénouement. Un chapitre des Miracula Sancti Germani nous apprend que la flotte danoise, découvrant l’armée royale, fait demi-tour et contourne en aval la grande île face à Bougival. Là, les Vikings débarquent sur la berge et ravagent le petit village qui s’y trouve : les habitants sont tués et crucifiés sur les portes, cent onze captifs sont également pendus sur l’île pour impressionner l’armée royale cantonnée sur l’autre rive. En effet, à cette vue, les soldats du roi Charles refusent de combattre et s’enfuient. Les Vikings les poursuivent et dévastent La-Celle-Saint-Cloud.

Le raid des Vikings à Croissy - Détail du récit du moine Aimoin
BNF/Gallica Latin 12610

Le lendemain, jour de Pâques, les Vikings entrent dans Paris abandonné par ses habitants. Le roi Charles, retranché dans l’abbaye de Saint-Denis, assiste impuissant au pillage de la rive gauche et de ses grands monastères. Il rencontre alors Ragnar et lui verse un tribut (danegeld) de 2570 kilos d’or pour qu’il épargne l’île de la Cité et regagne définitivement son pays.

Une fois rentrés au Danemark, les Vikings vantent au roi Horik la richesse et la faiblesse du royaume franc. Grisé par cette victoire facile, Ragnar ne tiendra pas longtemps parole… Les Vikings envahiront trois fois Paris par la suite. En 911, le traité de Saint-Clair-sur-Epte mettra fin à ces incursions et marquera la naissance de la Normandie, vaste territoire cédé aux Vikings. 

Sources :
Vita et Miracula Sancti Germani, Bibliothèque nationale de France, Latin 12610.
Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des inscriptions et belles lettres, tome XVII (1751), tome XX (1753), Bibliothèque nationale de France, Z-28279-28331.

Fantômas, la maison gallo-romaine et le Trio des Nudistes

Lors de l’Exposition Universelle de 1889, Charles Garnier, architecte de l’Opéra de Paris, présente aux visiteurs L’Histoire de l’habitation, une quarantaine de pavillons regroupés aux pieds de la Tour Eiffel et montrant l’évolution de l’habitat depuis la Préhistoire. A la fin de l’Exposition, certains pavillons démontés sont achetés et reconstruits ailleurs par des particuliers. 

La maison gallo-romaine
Chromo publicitaire de l'Exposition Universelle de 1889
Archives de Croissy, 4Fi2350

Parmi eux, l’explorateur, égyptologue et photographe Achille Lemoine, achète la « maison gallo-romaine du Bas-Empire » et la fait rebâtir en 1890 sur un terrain de l’île de Croissy, juste à côté de la Grenouillère. Entourée d’un pittoresque jardin, la maison devient rapidement un décor pour les photographies d’art, notamment les « nus de plein air », d’inspiration antique. Avec René Le Bègue et Paul Bergon, Achille Lemoine fait partie du Trio des Nudistes, un groupe de photographes spécialisés dans ce genre alors très prisé par le Photo-Club de Paris.

L'île de Croissy au début du XXe siècle. A droite, la maison gallo-romaine
Archives de Croissy, 4Fi2615

En 1907, son épouse Mariette y fait rencontrer Marcel Allain, alors clerc d’avoué, et le journaliste Pierre Souvestre. En été 1910, les deux jeunes auteurs publient dans le journal Comœdia leur premier feuilleton policier illustré, La Royalda, photographié dans le jardin de la maison gallo-romaine. Le commissaire Juve et le journaliste Fandor y enquêtent... Fantômas est né.

Mariette Lemoine devant sa maison gallo-romaine, vers 1905
Archives de Croissy, 4Fi2920

L’année suivante, en 1911, le premier volume de Fantômas est publié chez Fayard. Le début d’une longue saga. Marcel Allain achète en 1919 la maison gallo-romaine. Mais en 1927, il est, avec tous les propriétaires de l’île, exproprié par l’État lors de l’aménagement du bras navigable de la Seine. Comme la Grenouillère voisine, la maison gallo-romaine disparaît lors des travaux. Mais l’esprit de Fantômas hante toujours les lieux…

La première couverture de Fantômas, Fayard, 1911
Archives de Croissy, 4Fi2738

Article paru dans "Coté Croissy" n°92 - février 2019.

Sources :
Archives municipales : matrices cadastres 1G3-8, expropriations sur l'île de Croissy 3O3, dossier documentaire Lemoine 1BIO_LEM.
Archives départementales des Yvelines : minutes notariales de Chatou 3E6, autorisations du Service de la Navigation 3S1062.
Bibliothèque nationale / Gallica : Comoedia du 14 juillet au 24 septembre 1910 NUMP 14481.
Annabel Audureau, Fantômas, un mythe moderne au croisement des arts, Presse universitaires de Rennes, 2010.
Belle Epoque Nudes, Cassell Illustrated, Londres, 2000.
L. Boulanger, L'Exposition chez soi, Paris, 1889.

Le gibet de Croissy

Le long de l’avenue des tilleuls, au bord du trottoir côté Seine, six énigmatiques pierres au pied d’une croix. Ce sont les derniers vestiges des exécutions capitales de l’époque féodale.

Carte postale éditée en 1905
Archives municipales 4Fi1641

Jadis, les seigneurs de Croissy avaient le droit de Haute Justice sur leur terre. Ils pouvaient y prononcer toutes les peines, y compris la peine capitale.

Des montants de bois de section carrée venaient se loger dans six pierres rondes destinées à assurer la base de trois potences, appelées aussi fourches patibulaires

Un des socles des potences

Elles étaient constituées chacune de deux poteaux supportant une traverse à laquelle étaient pendus les suppliciés. Les corps y restaient exposés, à la merci des corbeaux, toute inhumation leur étant défendue.

Symbolique et dissuasif, ce gibet avait été installé à l’écart du village, sur un lieu de passage - la route reliant Chatou à Croissy - pour représenter le pouvoir tout puissant du seigneur au regard des passants mais aussi… pour décourager d’éventuels criminels.

Le gibet au bord de l'avenue des tilleuls - détail du terrier de Croissy, 1781
Archives municipales 3S1

Le site a été complètement réaménagé en 1899 par l’architecte parisien Lucien Tropey-Bailly.
C’est un des rares gibets encore visibles en France.


Le pilori destiné aux humiliations publiques et aux punitions corporelles était situé au coin de la grande rue et de la rue de l’abreuvoir. Il a par contre complètement disparu depuis longtemps…


Article paru dans "Coté Croissy" n°91 - décembre 2018

La bicyclette Déesse, une page glorieuse du passé industriel de Croissy

Après avoir été l’usine pionnière où les premières motos ont été fabriquées en série en France, la manufacture du chemin de ronde a été, à la toute fin du XIXe siècle, le lieu de production de la célèbre bicyclette anglaise Rudge, commercialisée en France sous le nom de Déesse.

Affiches publicitaires pour la Déesse (1895/1896)
A gauche BNF/Gallica ENT-DN-1(PAL/1)
A droite Archives municipales 4Fi3224

Au cours des années 1890, tout autour de Paris, on assiste à l’essor de la mode du cyclisme (on parle alors de "vélocipédie") qui succède à celle du canotage. En 1894, la compagnie britannique Rudge Cycles, « la plus ancienne et la meilleure marque de cycles du monde », peine à suffire aux demandes de plus en plus pressantes qu’elle reçoit de tous les pays. A Paris, son agence se voit contrainte de refuser des milliers de commandes. Pour parer à ces insuffisances et pour éviter les droits de douane et de transport, la compagnie anglaise envisage de construire une usine dans la banlieue parisienne pour la fabrication des Rudge destinés au marché français. Deux champions cyclistes, l’Anglais Herbert Duncan et le Français Louis Suberbie, s’associent. Ensemble, ils négocient avec la compagnie britannique la fabrication et la commercialisation des cycles Rudge sous le nom de Déesse (de D.S., initiales des deux créateurs).


Publicités parues en 1895 dans Le Figaro (BNF/Gallica)

Devenus fabricants-concessionnaires et seuls titulaires de la licence pour la France et l’Espagne, ils installent en 1895 les ateliers dans leur usine de Croissy, d’où sortent déjà les Pétrolettes. Ils font venir plusieurs ouvriers britanniques « parmi les gens les plus habiles » qui leur permettront de bénéficier « du concours technique expérimenté d’une des plus grandes manufactures anglaises ». On trouve en effet dans les registres d’immatriculation des étrangers conservés aux archives municipales, les déclarations de résidence de plusieurs mécaniciens britanniques employés à l’usine croissillonne. Ils sont tous logés à la Cité Rudge construite aux abords de la manufacture.


"Les Forges et Usines de Croissy" en 1895
Archives municipales 2Fi31

En mai 1896, Lucien Charmet, ingénieur des Arts et Manufactures, prend à son tour la direction de la manufacture de Croissy. Le point de vente se trouve au 16 rue Halévy, dans le IXe arrondissement de Paris. La Déesse connaît un énorme succès. L’usine, transformée et organisée sur le modèle de sa sœur aînée de Coventry, emploie désormais de nombreux ouvriers dans les différents ateliers.


Depuis le chemin de ronde, l'allée des machines mène directement à l'usine de la Déesse
La Revue illustrée (BNF/Gallica)

« L’éloge de la Déesse n’est plus à faire, sa réputation est établie sur des preuves solides et ne peut plus augmenter. C’est en effet la machine pratique et élégante par excellence. Quoi de plus ravissant que la Téléscopique ? Sa finesse et sa légèreté n’ont pas de rivales sur le marché, et le public, en l’appréciant à sa juste valeur, en fera la favorite de la saison prochaine. Croyez-vous à l’avenir des machines sans chaînes ? L’usine de Croissy vous présente la Chainless, munie de tous les derniers perfectionnements et d’une supériorité incontestable dans ce genre. […] L’affiche de la maison Rudge est d’ailleurs une des plus jolies qui se voient sur les murs de Paris » (La Revue Illustrée, 15 décembre 1896).
« L’usine de Croissy, que dirige M. Lucien Charmet, est maintenant l’une des manufactures de cycles les plus prospères. Les bicyclettes qui sortent de ces ateliers sont, en effet, des merveilles de précision très recherchées des connaisseurs » (Le Gaulois, 27 juin 1897).


Facture à en-tête, 1898
En médaillon à gauche, l'usine de Coventry (en haut), l'usine de Croissy (en bas)
Archives municipales 5J36

La manufacture croissillonne ferme ses portes en 1900. Un page glorieuse, mais brève, se tourne pour l’établissement industriel du chemin de ronde. 

________
Sources :
Archives municipales : dossier documentaire sur l’usine Duncan & Suberbie CRO 065 ; registres d'immatriculation des étrangers 2J2 ; établissements industriels classés - dossier usine du chemin de halage 5J36.
Bibliothèque nationale de France / Gallica : Le Véloce-Sport du 3 janvier 1895, Le Figaro des 12 et 22 avril 1895, La Revue illustrée du 15 décembre 1896, Le Gaulois du 27 juin 1897.

1840. L’île de Croissy, « Madagascar de la Seine »

L’île de Croissy dans les années 1840 ? Une île-jungle hantée par un centaure et peuplée de cannibales qui dévorent d’étranges côtelettes. Un âge légendaire qui prend brutalement fin avec le « Massacre des innocents ».

Depuis les temps immémoriaux du Moyen Âge, l’île de Croissy - insula de Cruce - est une île-prairie plus ou moins submergée par la Seine en hiver. Elle appartient aux villageois qui y laissent paître leurs troupeaux à la belle saison.
En 1788, le seigneur Chanorier achète l’île aux habitants en échange d’une rente qui leur permettra de construire une école. Aussitôt, il transforme les pâturages en forêt, y faisant planter « dans le genre pittoresque » un grand nombre d’arbres de diverses essences exotiques comme les catalpas. Il y fait aussi édifier un petit pavillon de repos dans lequel est aménagé « un salon agréablement décoré ».
Vers 1802, Napoléon souhaite acquérir l’île afin d’agrandir le domaine de la Malmaison. En vain. Chanorier veut conserver son île « aux beaux ombrages ».
Après la mort de Chanorier, l’île passe en 1807 au marquis d’Aligre, grande fortune et multipropriétaire en Ile-de-France. Dès lors, l’île est laissée à l’abandon : les massifs plantés par Chanorier forment progressivement une jungle inextricable.

C’est en 1838 que les premiers explorateurs parisiens découvrent cette île sauvage. A cette époque, les jeunes auteurs Eugène Labiche, Auguste Lefranc et Marc-Michel se réunissent souvent pour combiner leurs scénarios et échanger leurs rêves d'avenir dans la maison paternelle de Labiche à Rueil-Malmaison.
L’ile de Croissy étant située face à Rueil, ils la découvrent un jour dans une excursion qui n'avait guère pour but que la chasse aux idées théâtrales. Le dimanche suivant, le ban et l'arrière-ban des jeunes amis littéraires de Labiche sont convoqués à Rueil où le trio leur raconte les merveilles de l’île déserte. Une excursion est aussitôt votée par acclamations et la joyeuse bande explore les lieux. Parmi eux, Édouard Thierry, Emmanuel Gonzalès, Auguste Lireux, Albéric Second, Auguste Maquet et Molé-Gentilhomme


L'île de Croissy vue depuis la rive de Rueil en 1820.
Gravure de Charles Heath d'après un dessin de Robert Batty.
Archives de Croissy, 2Fi24

Ce secret bien gardé ne tarde pas à parvenir jusqu’aux oreilles des jeunes peintres romantiques et paysagistes de la capitale. Certains d’entre eux, en quête de dépaysement et d’inspiration, viennent s’y installer à la belle saison : Louis Français, Célestin Nanteuil avec sa barque « la grenouille », Henri Baron, les frères Armand et Adolphe-Pierre Leleux. L’ancien pavillon Chanorier est rapidement recouvert de fresques.

L’île offre tous les aspects d'une forêt vierge : les arbres y confondent leurs branchages désordonnés ; les lierres et les liserons rendent les fourrés inabordables.
L’imagination des jeunes auteurs n’a plus de bornes pour chanter son pittoresque. « Lieu paradisiaque », « Éden plein d’ombre, de fraîcheur, de mystère et de poésie », « Eldorado inconnu du vulgaire, et qui ne prodigue ses trésors qu’au rêveur ou au philosophe », « patrie inaliénable du paysagiste et du romancier », « elle ressemble aux forêts vierges du Brésil et aux îles vierges du Mississipi ».
Tout au long des années 1840, ce « Madagascar de la Seine » est peuplé en été d’une population qui y a transplanté « les mœurs faciles des îles de l’Océanie ».

Les jeunes parisiens y adoptent le « costume rudimentaire qui caractérise surtout les peuplades sauvages. Il fallait bien se baigner, et on ne se baigne pas en paletot ».
Quelques pêcheurs égarés dans ces parages les contemplent avec effroi, et le bruit se répand à Chatou et à Rueil qu’une tribu de sauvages nus existe dans l’île de Croissy et s’y livre à des festins cannibales.
« Il n’y avait d’autres ressources à une demi-lieue à la ronde que les côtelettes du centaure Biro. Le centaure Biro était un être qui s’appelait naïvement Biro mais que les peintres avaient immédiatement surnommé le centaure sans qu’on ait jamais pu savoir pourquoi […]. Il jouissait d’une barque à l’aide de laquelle il transportait dans l’île des côtelettes dont il a emporté le secret avec lui. Elles étaient longues de plus d’un pied et composées de grands nerfs plutôt que de chair, il fallait que le centaure Biro se fît faire des moutons exprès pour lui ».
Le « centaure » est en fait le pêcheur et marchand de vins Jacques Mantion, surnommé Biro par les villageois, et qui monnaie le passage pour l’île pour quelques sous.

Après la mort du marquis d’Aligre en 1847, ses héritiers font abattre une grande partie des arbres de l’île. Les jeunes artistes assistent impuissants à la destruction de leur repaire légendaire. Le peintre Théodore Rousseau en témoigne dans une toile opportunément nommée « Le Massacre des innocents ». 


Théodore Rousseau, "Abattage d'arbres dans l'île de Croissy ou le Massacre des innocents", 1847.
Collection Mesdag, La Haye, Inv. HWM293
Vente des stères de bois de l'île de Croissy.
Annonce parue dans Le Constitutionnel, 19 novembre 1849. BNF Gallica

Le centaure Biro meurt « mordu par un chien enragé ». Son fils et successeur le suit peu après, « noyé en voulant repêcher un parisien ».
L’île déboisée est divisée en quatre lots avant d’être achetée par Louis-Didier Péron, un ancien notaire parisien qui est aussi le maire de Croissy depuis un an.

Plan de l'île de Croissy lors de la vente de 1849.
En haut, côté Rueil, en bas, côté Croissy.
Archives de Croissy, 3T390

Le « Madagascar de la Seine » et ses légendes n’est plus. Tout au long du XIXe siècle, les auteurs ne vont cesser d’évoquer avec nostalgie l’âge d’or de l’île.
« M. d’Aligre mourut, dès lors plus de ruines, plus de forêt vierge », « un propriétaire soigneux l’a peignée, sablée et arrangée en jardin anglais avec défense de pénétrer dans les plates-bandes sous toutes les peines portées par la loi », « elle a bien encore des saules et des peupliers mais la manie de la spéculation l’a mise aux enchères. On l’a déchiquetée en lots. L’île de Croissy a perdu son originalité première, il ne lui reste plus que le souvenir ».

Et surtout, c’est l’aspect désormais marchand du lieu qui navre les artistes et les poètes. En 1851, le couple François Seurin et Félicie Trumeau, lui pêcheur et nouveau passeur de l’île, elle marchande de vins dans la grande rue, flaire l’occasion de faire des affaires sur l’île. « Des spéculateurs ont remplacé Biro. Ils servent maintenant des fritures et des œufs durs à la carte et ont établi des bains à quatre sous pour le grand monde ».
Le pavillon Chanorier cède donc la place aux installations précaires de la Grenouillère : « Notre dernière masure, ils l’ont transformée en palais de carton, ils ont effacés nos fresques sous le badigeon ».

La création de la Grenouillère en 1852 avec sa plage, ses cabanes et ses paillotes sur la digue ouvre un nouveau chapitre, celui de l’exploitation commerciale du site. L’île de Croissy restera cependant toujours prisée par les peintres et les romanciers… mais c’est une autre histoire (à suivre).


_______
Sources :
Archives de Croissy, fonds iconographique, 2 Fi,
Archives de Croissy, registres d’état civil, 1E,
Archives de Croissy, recensements de la population, 1F,
Archives de Croissy, acquisition de la maison Mantion, 1849, 2M10,
Archives de Croissy, lotissement d’Aligre, 1849, 3T390,
Archives de Croissy, L’Illustration, 7 octobre 1848, PER,
Archives départementales des Yvelines, minutes de l’étude notariale de Chatou, 3 E 6/12-13,
Archives départementales des Yvelines, vente du domaine de Croissy, 1807, 3UVers716,
Le Constitutionnel, 19 novembre 1849, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Le Constitutionnel, 12 septembre 1853, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Le Journal des Débats, 12 septembre 1853, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Le Journal amusant, 23 juillet 1859, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Le Petit Journal, 29 juillet 1869, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Gil Blas, 21 août 1886, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Le Figaro, 25 août 1886, Bibliothèque nationale de France, Gallica.

1890 : le Paraguay s’installe à la Grenouillère

Le pavillon du Paraguay. Chromo publicitaire, 1889.
Archives de Croissy, 4Fi2349.
L’Exposition universelle de 1889 à Paris est surtout connue pour la Tour Eiffel… mais saviez-vous qu’un des pavillons de l’Exposition fut démonté et reconstruit à l’identique à Croissy ?

Dans la nuit du 20 octobre 1889, un terrible incendie ravage complètement la Grenouillère. Le célèbre bateau-ponton et la longue péniche amarrée avec ses dizaines de cabines sont anéantis par le feu.
Quelques mois plus tard, le nouveau propriétaire de l’établissement, Louis Saintard, obtient les autorisations pour transférer sur l’île « un des pavillons exotiques qui figuraient à l’Exposition universelle ».
Ouverte au public à partir de juin 1890, la nouvelle Grenouillère n’a plus aucun rapport avec les installations détruites par le feu et jadis immortalisées par Claude Monet et Auguste Renoir.


La nouvelle Grenouillère, vers 1905. Archives de Croissy, 4Fi2111.

Depuis la fin du XXe siècle, la tradition locale rapporte que Saintard aurait réutilisé le pavillon suédois de l’Exposition universelle de 1889. La simple comparaison des photographies de ce pavillon avec celles de la nouvelle Grenouillère pose problème : les bâtiments ne se ressemblent absolument pas. Cette différence a souvent été justifiée par la liberté que Saintard aurait prise en reconstruisant à son goût l’édifice et en n’en utilisant que certains matériaux.
Mais le pavillon de la Suède fut remonté en 1890 à… Bagnoles-de-l’Orne pour Georges Hartog, le directeur des thermes. C’est l’actuel chalet suédois visible au n°2 boulevard Albert Christophe de cette petite station thermale.
L’examen attentif des photographies et des gravures des différents pavillons de l’Exposition universelle de 1889 nous permet d’identifier formellement l’origine des constructions en bois de la nouvelle Grenouillère.
C’est le pavillon du Paraguay qui a été démonté puis remonté intégralement par Saintard sur l’île de Croissy.
On est bien loin d’un chalet scandinave !

A gauche, le pavillon du Paraguay lors de l'Exposition universelle. Photo collection Worldfairs.
A droite, le même pavillon remonté à la Grenouillère. Archives de Croissy, 4Fi2111 (détail).

Le pavillon de la république du Paraguay a été construit sur le Champ-de-Mars par les frères Moreau, entrepreneurs serruriers et spécialistes des constructions démontables pour les colonies. Il est composé de trois éléments : un pavillon octogonal de 50 m², un pavillon rectangulaire de 100 m² accolé au premier et une tourelle de 9 m² haute de 15 mètres. Ces trois éléments, d’un seul niveau, sont constitués de panneaux en bois montés sur une armature en fer.


Le pavillon du Paraguay et son mirador lors de l'Exposition universelle.
Gravure extraite du Livre d'or de l'Exposition de 1889. Archives de Croissy, 2Fi22.

Les architectes se sont inspirés des motifs architecturaux paraguayens : « Les deux pavillons reproduisent dans leurs colonnes légères et d’un aspect un peu étrange, mi-palmiers, mi-torses ; dans les ogives capricieuses des portes ; dans les toitures avancées et découpées ; soit des détails empruntés aux églises de Villarrica et d’Itá, soit à d’autres monuments élevés pendant la domination espagnole. Quant à la tourelle, dont les principaux détails sont traités comme de la menuiserie d’art, c’est une élégante copie du mirador qui surmonte au Paraguay toutes les haciendas isolées en rase campagne. »

Le pavillon paraguayen est la seule installation prête le jour de l’inauguration officielle de l’Exposition universelle, le 5 mai 1889. Après cinq mois d’ouverture et plus de 32 millions de visiteurs, l’Exposition ferme ses portes le 31 octobre 1889.
Il était initialement prévu que le pavillon soit démonté à la fin de l’Exposition et expédié au Paraguay, dans la capitale Asuncion, pour y servir de lieu d’exposition des produits français. Lors de la mise en vente des différentes constructions éphémères, c’est Louis Saintard qui le rachète pour le remonter, quasiment en l’état, sur l’île de Croissy en juin 1890.

Le pavillon octogonal et le pavillon rectangulaire sont percés de larges baies vitrées qui n’existaient pas dans la disposition initiale.

A gauche, le pavillon octogonal lors de l'Exposition. Photo collection Worldfairs.
A droite, le même pavillon à la Grenouillère vers 1920. Archives de Croissy, Fonds Famille Saint-Léger, 1Z3.

Le mirador, réduit d’un niveau, est reconstruit légèrement à l’écart pour être transformé en portique à balançoire.


A  gauche, le pavillon octogonal. A droite, le mirador raccourci d'un niveau.
Archives de Croissy, 4Fi2115.

Les éléments du niveau supprimé du mirador ont été réutilisés comme portiques d’entrée du site de la Grenouillère : un à l’embarcadère côté Croissy, un autre à l’entrée sud de l’établissement en venant de Bougival.

A gauche, le portique de l'embarcadère côté Croissy, Archives de Croissy, 4Fi1097.
A droite, le portique d'entrée de la Grenouillère, Archives de Croissy, 4Fi2123.

Carte publicitaire du début du XXe siècle. Archives de Croissy, 4Fi681.

Pendant près de quarante ans, la nouvelle Grenouillère accueille à la belle saison des milliers de visiteurs, principalement des Parisiens.
En 1913, Louis Saintard a cédé l’établissement à un restaurateur parisien, Michel Saint-Léger.
En 1929, avec les expropriations sur l’île pour faciliter l’élargissement du bras navigable de la Seine, Michel Saint-Léger est contraint de démonter à ses frais toutes les installations. C’est la fin de la Grenouillère… et de son pavillon paraguayen. Vermoulus par le temps, ses matériaux firent vraisemblablement la joie de l’entreprise de démolition.


Entre temps, un autre pavillon de l’Exposition Universelle de 1889, œuvre du célèbre architecte Charles Garnier, a été lui aussi remonté quelque part à Croissy. Mais… c’est une autre histoire (à suivre).


_______
Sources :
Archives de Croissy, fonds iconographiques 2 Fi et 4 Fi,
Archives de Croissy, matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1910, 1 G 7,
Archives de Croissy, aménagement du bras droit de la Seine, 1924-1932, 3 O 3,
Archives départementales des Yvelines, île de Croissy : location de terrains, 1858-1923, 3 S 981 et 3 S 1062,
Le Génie civil, revue générale des industries françaises et étrangères, numéros du 5 janvier et 4 mai 1889, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Le Monde Illustré, 19 octobre 1889, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Le Moniteur de l’Exposition de 1889, numéro du 26 mai 1889, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
L’Exposition chez soi, 1889, Bibliothèque nationale de France, Gallica,
Exposition universelle de Paris de 1889,
Worldfairs.


La Chapelle Saint-Léonard : au Moyen Âge

Une petite église paroissiale dédiée à saint Martin existait déjà à cet emplacement sous les derniers rois Mérovingiens (VIIe siècle) comme l'attestent les sépultures et sarcophages de cette époque découverts depuis la fin du XIXe siècle.

En mars 1211, l’évêque de Paris en fait donation au Chapitre de chanoines de la collégiale Saint-Léonard de Noblat dans le Limousin. L’évêque de Paris participe alors à la Croisade contre les Albigeois aux côtés de Bouchard, seigneur de Marly et Croissy. Bouchard avait été captif des Albigeois puis libéré. Saint Léonard de Noblat étant le saint patron des captifs, est-ce la raison pour laquelle l’église d’un de ses fiefs fut donnée en remerciement au prieuré de Noblat ? Croissy est en tout cas la seule paroisse dépendante de la collégiale en dehors du Limousin. A partir de cette donation, l’église paroissiale de Croissy prend le double vocable Saint-Martin Saint-Léonard.


Le portail de l'ancienne église Saint-Léonard

Construite en pierres calcaires locales, l’église est composée d’une simple nef de trois travées terminée par un chœur en voûte d’ogives sexpartite avec une clé de voûte figurée. Les ogives sont portées par des colonnettes engagées surmontées de chapiteaux à feuillages. La façade est surmontée d’un clocheton de bois dans lequel on accède par un escalier situé en hors œuvre dans une tourelle percée de deux meurtrières.

Dès le XIIIe siècle, la petite église de Croissy fait l’objet d’importants pèlerinages. Saint Léonard de Noblat était invoqué pour les captifs mais aussi pour les femmes enceintes et les jeunes enfants malades.
Dans les années 1280, lors de l'enquête pour la canonisation du roi Louis IX, le procès-verbal du 23e miracle attribué au roi évoque le pèlerinage effectué (en vain) à Croissy en 1274 par une dénommée Marie dont le fils était malade.

Dans le premier quart du XVe siècle, la renommée de l’église de Croissy est confirmée par un testament rédigé par la veuve de l’ancien président du Parlement de Paris. Elle souhaite que quatre pèlerinages soient effectués auprès des reliques qui font à l’époque l’objet de nombreux voyages de dévotion : la Vierge noire de la cathédrale de Chartres, la Vierge noire de l’église de Liesse-Notre-Dame en Picardie, les reliques de saint Côme et saint Damien de l’église de Luzarches et… la chaîne de saint Léonard de l’église de Croissy. Il s’agissait en fait d’un ex-voto considéré à tort comme étant la chaîne du saint (qui n’a jamais été captif).

Saint Léonard et deux captifs, miniature du XIVe siècle
Extrait du Speculum Historiale
BNF/Gallica NAF 15944 - f. 37v
_______
Sources :
Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits : Ecclesiae parisiensis chartularium, Latin 556 ; Vie et Miracles de saint Loys, Français 4976 et 5716.
Archives nationales de France : Registre des testaments enregistrés au Parlement de Paris 1400-1421, Testament de Simonnette La Maugère, femme de Robert Mauger, premier président du Parlement de Paris X1A 9807.